En Lincoln Zephyr 1937 dans Nitro 261

Présentée par Lincoln pour l’année-modèle 1936, la Zephyr a pour traits principaux sa ligne aérodynamique, son 12 cylindres en V et sa structure monocoque. Vendue neuve en France, cette berline modèle 1937 est entre les mains de David, un passionné du Puy-de-Dôme. Retrouvez-la sur 7 pages dans Nitro 261 de décembre 2012-janvier 2013, avec des photos d’Alain Sauquet et un texte de Daniel Dimov.

lincoln-zephyr-1937-nitromag-1-calandreLes années 30 sont celles de l’aérodynamique, inspirée de l’aviation et appliquée à l’automobile. Dès 1933, dans le groupe Ford, les calandres et les pare-brise commencent à se pencher. En 1936, la nouvelle Lincoln possède une vraie calandre en coupe-vent et des phares intégrés dans les ailes, qui resteront des caractéristiques de ce modèle jusqu’à son avant-dernière mouture en 1941.

lincoln-zephyr-1937-nitromag-2-avantLa carrosserie de la Zephyr est soudée sur un chassis très léger, l’ensemble formant une structure monocoque, copiant en cela une autre voiture aérodynamique de la même époque, la Chrysler Airflow apparue en 1934. Tout au long de sa carrière qui va de 1936 à 1942, la Zephyr est déclinée en plusieurs types de carrosseries : berline 4 portes 6 glaces comme celle de notre article, mais aussi berline 2 portes, coupé 3 fenêtres, cabriolet (rappelez-vous le cabrio jaune du Capitaine Haddock dans Les sept boules de cristal), berline découvrable. La plupart des Zephyr présentes aujourd’hui chez les collectionneurs français ont été importées à l’époque par la société Matford, créée en 1935 par la fusion de Ford France et du constructeur français Mathis. Certaines étaient rebadgées Matford, mais ce n’est pas le cas de celle-ci. Sa plaque constructeur porte bien la mention « Lincoln Motor Co, Dearborn-USA », mais également « Type, No, Moteur » en français, avec les inscriptions complémentaires frappées.

lincoln-zephyr-1937-nitromag-3-arriereSes lignes fuselées font de la Zephyr une des voitures de série les plus élégantes de l’époque aérodynamique, davantage que les Airflow du groupe Chrysler, qui sont plus rondes. Les ailes arrière carénées et l’absence de roue de secours sur le coffre lissent la silhouette, de même que la gouttière n’englobant pas la vitre de custode, et la ligne de fuite de la moulure de ceinture de caisse. Le dessin de la voiture est dû au designer John Tjaarda. En 1937, la Zephyr se vend à 29997 exemplaires toutes carrosseries confondues,

lincoln-zephyr-1937-nitromag-4-moteurLe V12 de la Zephyr est directement extrapolé du V8 flathead apparu chez Ford en 1932. Il cube 4380 cm3 et développe 111 ch à 3900 tours. Il a tendance à chauffer à bas régime, notamment au niveau des deux cylindres arrière qui sont mal irrigués. Le remplacement des culasses alu qui chauffent trop vite par des culasses en fonte plus inertes résoudra le problème à partir de 1942. A l’instar du V8 flathead, ses vertus principales sont le silence et la souplesse.

lincoln-zephyr-1937-nitromag-5-publiciteCette publicité parue dans un magazine américain de 1937 montre en arrière plan (sans le nommer) le Burlington Zephyr. un train aérodynamique construit par Budd en 1934. Ce train articulé qui fait la part belle à l’inox dans sa construction est considéré à l’époque comme le nec plus ultra en matière de transports ferroviaires. Il bat le record de vitesse entre Denver (Colorado) et Chicago (Illinois) à la vitesse moyenne de 124 kmh sur un parcours de 1600 km. Rien d’étonnant à ce que Lincoln choisisse deux ans plus tard le nom de Zephyr pour baptiser sa nouvelle voiture aérodynamique.

David, le propriétaire de la Zephyr de notre article, possède d’autres voitures de collection dans des genres très divers, mais il aime particulièrement se promener dans sa région de l’Allier et du Puy-de-Dôme au son du V12, comme vous pouvez vous en rendre compte avec les deux vidéos ci-dessous. Merci à lui pour sa disponibilité lors de la séance photo.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=9iQCoAm6gy8[/youtube]

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=fvSIckq2yJI[/youtube]

 

Laisser un commentaire