Shop Tour : visite chez Troy Trepanier dans Nitro 257 (+ vidéos)

00-trepanier-rad rides-shopEn ce mois de décembre 2011, nous nous rendons à Manteno, en banlieue de Chicago. C’est là qu’officie Troy Trepanier, le maître incontesté des réalisations customs extrêmes. Bienvenue chez Rad Rides By Troy. (Texte et photos Kiki D. Bois, complément à l’article Travail à Façon de Nitro 257)

A l’aube des années 90, Troy Trepanier se rend en Chevelle 66 au Street Machine Nats. Là, le jeune Troy est subjugué par la qualité des autos présentées. De retour, il modifie sa Chevelle en appliquant certains gimmicks entrevus au Nats. Plus tard, il construira son Impala 1960 Pro Street « Pro Box », l’auto qui le lancera sur le devant de la scène (voir Nitro 117 de février 1991). L’Impala de Troy jette un pavé dans la mare avec un traitement monochrome vert peppermint et un compartiment moteur hyper dépouillé dépourvu de faisceau électrique apparent. L’impact est énorme dans le milieu des street machines US, habitué aux gros blowers chromés dépassant des capots.

1-trepanier-rad rides-troyTroy fonde en 1995 l’entreprise Hot Rods By Troy avec son père Jack, puis la rebaptise quelques années plus tard Rad Rides By Troy. Vers le milieu des années 90 sort la Sniper, une Plymouth 54 qui emprunte tous ses organes mécaniques à une Dodge Viper GTS (voir Nitro 174 et 175) donnée par Tom Gale, le ponte de chez Chrysler à qui l’on doit le Plymouth Prowler. Depuis, le niveau des autos construites par Troy ne cesse de bluffer tout le milieu du hot rodding par son souci permanent du détail technique…

2-trepanier-rad rides-camaro 3-trepanier-rad rides-camaroCes mois-ci, dans l’atelier de Manteno, trône cette Camaro en totale reconstruction pour Joe Lendway, un haut responsable de la GM. Partant de la Camaro Iroc-Z T-top achetée neuve par Joe en 1987, Rad Rides by Troy en fait un monstre de rue. Le small block Chevy porté à 441 ci et gavé par deux turbos placés de part et d’autre du moteur développe 1800 ch. Tous les panneaux de carrosserie ont été retouchés, avec un avant très Batmobile et un arrière racing pourvu d’un diffuseur de Corvette Z06 et d’un aileron qui se déploie automatiquement au delà d’une certaine vitesse. De nombreuses pièces, comme les ouïes de capot, les prises d’air encadrant la calandre, les échappements dans les bas de caisses, ont été créées numériquement et réalisées à la fraiseuse 5 axes. Tous les détails de cette voiture dans l’article de Nitro 257.

4-trepanier-rad rides-torino 5-trepanier-rad rides-torino6-trepanier-rad rides-torinoGeorges Poteet est un collectionneur très connu dans le milieu américain de la street machine et du hot rodding. Sa collection de plus de 100 voitures s’agrandit régulièrement, puisqu’il a en ce moment une dizaine de voitures en construction chez des spécialistes réputés. Cette Ford Torino 69 inspirée des modèles Talladega est totalement reconstruite façon voiture de Nascar, avec un big block Ford Boss 429, une boîte Tremec à 5 rapports, et des modifs de carrosserie digne des vraies voitures de course. Sur l’écran de l’ordinateur apparaît le nouveau support moteur (en bleu) de la Torino, qui a depuis été usiné dans un bloc d’alu massif. Le hot rodding, chez Troy, ne se résume pas à ouvrir des blisters de pièces en provenance de Chine. Tous les détails de cette voiture dans l’article de Nitro 257.

7-trepanier-rad rides-roadster 348-trepanier-rad rides-roadster 34Il y a plusieurs autres projets en cours dans l’atelier de Rad Rides by Troy. Ainsi, ce Ford 34 roadster, que vous ne verrez pas dans l’article de Nitro faute de place, est un projet repris en cours. L’équipe de Troy y effectue des modifs du chassis-cage et des habillages tôle de l’intérieur. Ce 34 motorisé par un V8 Chevy de 700 ch fera ses premier tours de roues à la Bonneville Speed Week en catégorie Street Roadster. La puissance passera par une boîte Jerico 5 rapports commandée par un shifter pneumatique avant d’arriver au pont quick change Winters. Rien que du bon, afin de dépasser les 204 mph (328 km/h) du record de la catégorie.

9-trepanier-rad rides-buick 56 10-trepanier-rad rides-buick 5611-trepanier-rad rides-buick 56La Buick 56 de Mark Willman (qui n’est pas non plus dans l’article Nitro 257 faute de place), va certainement faire parler d’elle une fois finie. En effet, Troy, qui aime les défis techniques de taille, a entrepris de modifier un des moteurs GM les moins prisés par les hot rodders, le V8 Buick Nailhead. Sous une allure assez standard, cette Buick 56 verra son vénérable Nailhead doté d’un double turbo et d’un carter sec. Pour cela, Lawrence Laughlin a usiné de nouveaux paliers de vilo et un carter d’huile ! Admirez le travail sur les joues d’ailes, la qualité des soudures et les sorties des conduits des fluides intégrés aux joues d’ailes. Du grand art : on comprend mieux pourquoi ces autos atteignent les 6 à 8.000 heures de travail. Pour rivaliser avec Troy, il va falloir se lever de bonne heure !

12-trepanier-rad rides-mopar13-trepanier-rad rides-moparRéalisée à partir d’une Plymouth Savoy cabrio 1954 de faible kilométrage, la Sniper avait engendré une polémique. Troy va encore faire couler de l’encre avec ce projet de cabrio Cuda 71, une des plus rares Mopar de la période muscle. Partant d’une voiture déjà modifiée en resto-mod 426 Hemi par son propriétaire Roger Byrd, Troy y met sa touche personnelle. La voiture a déjà subi de nombreuses modifications des soubassements et de la paroi moteur. Le train avant (K-member) original est remplacé par ce module tubulaire. Les aficionados du boulon d’origine vont encore s’arracher les cheveux !

14-trepanier-rad rides-detailingAdjacent à l’atelier de construction, le show room principal à l’ambiance clinique où les projets en cours de finition côtoient les voitures terminées. Au premier plan, la Chrysler 300-B 1956 de Nancy et Roger Ritzow (en détails dans Nitro 242) subit une petite révision, tandis que la Bel Air 55 de Glenn Grozich de chez Billet Specialties est en phase ultime de finition. Au fond, le dernier projet achevé est sur le point de quitter l’atelier Rad Rides. Sous une robe pralinée, cette Buick 54 à mécanique Mercedes AMG rejoindra définitivement le garage d’Hal Wing, dans l’Utah, après la tournée promotionnelle qui doit l’emmener aux quatre coins du pays dans les plus grands shows et meetings nationaux.

15-trepanier-rad rides-ford 4016-trepanier-rad rides-ford 4017-trepanier-rad rides-ford 40Pas un panneau de ce convertible Ford 40 qui n’ait été modifié. Le rod a été commence en 2001 pour Stan Fox, de Wheaton (Illinois), et terminé juste à temps pour être exposé au Sema 2007. Le chassis fait maison en tubes de 2×3 pouces est posé sur un pont 9 pouces et un train avant indépendant Heidts. Le pare-brise et la capote viennent d’une Mustang 98. Le 5,4 litres Ford à compresseur développe 552 ch, la boîte est une AOD. Le degré de confort et de finition de l’intérieur sont dignes d’une voiture de luxe, avec une sellerie aux petits oignons et une planche de bord faite spécialement en fibre de carbone.

18-trepanier-rad rides-buick AMG19-trepanier-rad rides-buick AMG20-trepanier-rad rides-buick AMGLa Buick ci-dessus a été construite pour Hal Wing, qui souhaitait mixer la technologie allemande à l’esprit américain. Troy Trepanier a dépouillé de sa mécanique une Mercedes AMG G55 de 2005 afin de l’adapter sur un coupé hard top Buick 54. Le design des roues est un clin d’œil aux roues des Mercedes du préparateur allemand AMG. L’intérieur reprend l’instrumentation de la Mercedes, alors que des inserts en marqueterie rappellent les intérieurs des luxueuses berlines allemandes. La finition et la présentation satinée du compartiment moteur abritant le V8 5,5 litres AMG est hors pair.

Dans les deux premières vidéos ci-dessous, Troy nous fait visiter son atelier et nous présente notamment la Buick 1954 de Hal Wing en construction. Dans la troisième, nous sommes au Sema 2011 et nous découvrons la Buick finie.

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Les commentaires sont fermés.