Cobra : 50e anniversaire d’un mythe

La Cobra fête cette année son cinquantième anniversaire. Cette voiture est née d’une idée de hot-rodder : monter un gros V8 Ford hi-perf dans un petit roadster britannique AC. Date : 1962. Lieu : Californie. Maître d’œuvre : Carroll Shelby. Flashback sur les tout premiers temps de l’aventure, à l’époque où les Cobra sont construites artisanalement. (texte Claude Lefebvre, photos courtoisie FoMoCo, article paru dans Nitro 198)

cobra-shelby-1964-production-venice-1L’invention de la Cobra est résumée par cette photo de 1964, prise comme la plupart de celles de cet article par David Friedman pour Shelby American. Devant l’invasion des sportives européennes (Jaguar, Ferrari, Lotus, Porsche, etc), le pilote Carroll Shelby décide au début des années 60 de concevoir une voiture de grand sport utilisant un moteur américain, en l’occurrence le V8 Ford (Chevrolet lui ayant refusé son soutien). Mais il lui faut un chassis léger, inexistant dans l’industrie US. Shelby se tourne vers les britanniques AC, dont la production de roadsters à moteur Bristol est sur le point de cesser. AC fournira donc des roadsters sans moteur à Shelby, qui y installera au chausse-pied le V8 Ford. C’est comme cela que naissent les voitures de légende.

cobra-shelby-1962-first-cobra-moon-mooneyes-1.jpgLa construction de la toute première Cobra s’effectue en deux temps. A l’usine anglaise de AC Motors, le roadster dont le numéro de série est CSX2000 est équipé par les techniciens britanniques d’un V8 Ford de 221 ci en vue de déterminer les emplacements des supports moteur, de la direction et de faire des essais préliminaires. La voiture sans moteur ni boîte est ensuite expédiée par avion à Los Angeles le 2 février 1962. Carroll Shelby ne disposant pas à ce moment d’un local équipé, c’est dans l’atelier du hot rodder Dean Moon, à Santa Fe Springs, que l’auto va trouver sa forme finale. Il suffira de huit heures de travail pour y installer un V8 260 et une boîte Borg-Warner et partir faire un essai routier. Plus tard, cette première voiture sera recouverte de jaune nacré par Dean Jeffries, le peintre des customiseurs. Elle portera plusieurs robes successives afin de faire croire à une production en grand nombre.

cobra-shelby-1964-production-venice-2.jpgcobra-shelby-1964-production-venice-3.jpgShelby prête son prototype à la presse, dont les articles enthousiastes entraînent immédiatement des commandes. Il installe son propre atelier à Venice, sur Carter Street, dans l’ancienne usine Scarab. Les Cobra y reçoivent les mécaniques Ford et les finitions (pare-chocs, capotes, etc), puis subissent un essai et d’ultimes réglages avant d’être livrées aux clients.

cobra-shelby-1964-production-venice-4.jpgDès le début de 1963, les Cobra reçoivent le moteur Ford 289 High Performance de 271 ch, une version réalésée du 260. Ci-dessus, un mécanicien est en train d’installer un cache-culbuteurs spécial Cobra en alu moulé, dont le joint en liège est posé contre le pare-brise. Les voitures arrivaient de Grande Bretagne déjà peintes. Mal arrimée lors de son transport sur le bateau, celle-ci a vu son museau abîmé et réparé. Elle est en attente d’une retouche de peinture. Les Cobra étaient entièrement faites à la main, qu’il s’agisse de la construction des roadsters en Grande Bretagne ou de l’installation des mécaniques et des finitions en Californie. Cela explique le fait que sur les 1011 Cobra fabriquées entre février 62 et mars 67, date de la fin de la production, il n’y ait pratiquement pas deux voitures identiques.

cobra-shelby-1963-3-roadsters-USRCCSitôt sorties de l’atelier, sitôt jetées sur la piste. Carroll Shelby pose ci-dessus à l’atelier de Venice avec les trois roadsters Cobra de course qui vont bientôt remporter la coupe des constructeurs USRCC 1963.

cobra-shelby-1962-riverside-krause-2 Shelby réussit à homologuer la Cobra 260 ci pour la course avec 8 voitures construites seulement, jurant que les 92 autres sont terminées ou en voie de l’être (la FIA exige alors un minimum de 100 exemplaires fabriqués). En octobre 1962, la première Cobra racing d’usine participe à la course d’endurance de Riverside, en Californie. Cette course de trois heures voit également les débuts de la Corvette Z-06. Ci-dessus, Carroll Shelby donne ses derniers conseils à Bill Krause avant la course.

cobra-shelby-1962-riverside-krause-1A cette course de Riverside, les deux Cobra sont inscrites en catégorie XP (experimental production). Elles prennent tour à tour la tête de la course, mais la Cobra conduite par Bill Krause est rapidement distancée avant d’abandonner pour cause de porte-moyeu arrière cassé. Deux mois plus tard, la Cobra officielle et deux Cobra client font bonne figure à la Nassau Speed Week, aux Bahamas, mais sont surclassées par les Ferrari.

cobra-shelby-1963-gurney-riversideCi-dessus, Dan Gurney en haut de la montée du fameux virage 7, lors de la course d’endurance de trois heures, à Riverside en 1963.

cobra-shelby-1963-sebring-dan gurneyAux 12 Heures de Sebring 1963, les six Cobra engagées dans la course rencontrent une foule de problèmes. Ci-dessus, Dan Gurney au volant de la voiture numéro 15 est en train d’attaquer le virage Webster, talonné par une Porsche. Il devra abandonner à la suite de gros pépins mécaniques. Au volant de la voiture qu’il partage avec la légende de Nascar Fireball Roberts, MacDonald abandonne à cause de problèmes d’essieu arrière. Ken Miles est contraint à l’abandon à cause de problèmes de direction. Phil Hill mène pendant les deux premiers tours, et sauve l’honneur en finissant la course et en se classant 11e au général, 8e en catégorie GT, et 1er en classe GT 14/15.

cobra-shelby-1963-advertising photoComme Shelby le déclarera lui-même trente ans plus tard : « Quand nous avons commencé à construire la Cobra en 1962, nous n’avions aucune idée de ce qui allait se passer. Je pensais simplement que nous allions fabriquer quelques voitures de production pour financer nos activités en compétition. Tout ce qui comptait, pour nous, c’était de courir, et c’est ce que nous avons fait de mieux. » On le voit ici en 1963 au volant d’une Cobra neuve, posant pour un cliché publicitaire.

cobra-shelby-1964-advertising photoPrise à l’usine Shelby American de Carter Street, à Venice, en 1963, la photo publicitaire ci-dessus montre Carroll Shelby avec une Cobra de série (à gauche) et une version racing (à droite), équipée d’un arceau, d’une prise d’air supplémentaire, de pare-chocs simplifiés, etc. En 1963, le prix de base d’une Cobra 289 est de 5995 dollars, à comparer avec les 2881 dollars d’une Corvette 327 convertible. Elle est donnée pour 154 mph (247 kmh).

cobra-shelby-1964-dragonsnake-parachuteAu printemps 1964, Tony Stoer et Randy Shaw, deux employés de Shelby American, lancent un programme de drag racing en collaboration avec le chef d’atelier John Kirkpatrick et sous la supervision du directeur de production Leonard Parsons. Baptisée Dragonsnake, la voiture de drag est équipée d’un 289 et peinte en bleu métal. En juin 1964, lors d’un run d’essai sur la piste de drag de Pomona, Leonard Parsons déclenche le parachute de freinage. Cette photo sera beaucoup utilisée pour la promo de la Cobra. Deux voitures de drag sont construites. Pendant deux ans, elles taillent des croupières à toutes leurs concurrentes et battent plusieurs records de piste et cinq records NHRA, avec notamment à Fremont un 11,81 au quart de mile à la vitesse finale de 116,27 mph (187 kmh).

cobra-shelby-1964-laguna seca-leslie-milesAu grand prix USRRC (US Road Racing Championship) de Laguna Seca, en mai 1964, Ed Leslie (Cobra 98) et Ken Miles (Cobra 50) mènent de plusieurs longueurs d’avance devant la meute de sportives américaines et (surtout) européennes. Les Cobra sont victorieuses pour la seconde fois en deux ans.

cobra-shelby-1964-sebring-spencer-bondurantAprès l’échec de 1963, les Cobra reviennent en force à Sebring pour les 12 Heures de 1964, avec plusieurs roadsters et coupés Daytona. Ci-dessus, arrêté au stand en pleine nuit pour le dernier ravitaillement, Lew Spencer s’apprête à redémarrer au volant de la Cobra numéro 12, qu’il partage avec Bob Bondurant. La voiture finit 5e au classement général et 2e en catégorie GT. La Cobra 17 de Shaw, Lund et Hayes abandonne suite à des problèmes de freinage, tandis que la 12, pilotée par Bob Johnson et Dan Gurney, est totalement détruite en percutant une Alfa-Romeo en pleine nuit à 200 kmh. Phil Hill et Jo Schlesser finissent 6e au général et 3e en GT au volant de la 14.

cobra-shelby-1964-sebring-miles-morton-427-prototypeEn 1964, Shelby installe dans un chassis Cobra de série un big-block Ford 7 litres de Nascar. Le prototype de la Cobra 427 est engagé en mars de cette année-là aux 12 Heures de Sebring. Son volant est partagé par Ken Miles et John Morton. La voiture abandonnera vers la fin de la course sur défaillance moteur, après avoir également eu des problèmes de freins. Par rapport à la Cobra 289, notez les extensions d’ailes arrière, les grosses roues, et les trois écopes percées au dessus de la calandre destinées à améliorer le refroidissement du big-block. Ce n’est certainement pas par hasard si ces dernières rappellent les écopes de la Ferrari Daytona, que Shelby a particulièrement en ligne de mire.

cobra-shelby-1965-427-1cobra-shelby-1965-427-2Début 1965, la première Cobra 427 de course « de série » vient d’être terminée. Elle équipée de roues en alliage Halibrand, et non des classiques roues à rayons de Cobra 289, qui n’étaient pas conçues pour la puissance bestiale du big-block Ford. La voiture, pas encore peinte, pose pour une séance de photos publicitaires devant l’atelier Shelby, à Venice. Dans quelques moments, elle va partir pour un galop d’essai aux mains du pilote Ken Miles du côté de Marina del Rey, une zone urbanisée située dans le voisinage. Malgré les tintamarres chroniques, Shelby n’aura jamais de problèmes avec la police.

cobra-shelby-1963-daytona-coupeFin 63, Shelby American a entamé la construction d’un coupé basé sur un chassis Cobra, mais équipé d’une coque entièrement nouvelle, très aérodynamique, dessiné par Pete Brock. Commencée en décembre, la voiture sera prête pour participer aux 12 Heures de Sebring de février 64, où elle s’illustrera en prenant la 5e place. Plus tard, en 1965, un autre coupé Cobra Daytona participera aux 24 Heures du Mans. Mais ceci est une autre histoire…

Et pour finir, une brève pub montrant un Carroll Shelby très pressé sautant dans une des toutes premières Cobra et démarrant en trombe.

Image de prévisualisation YouTube

Les commentaires sont fermés.