Les sièges pivotants des Chrysler 1959

Dans l’industrie automobile américaine, la fin des fifties se caractérise par des effets de style extravagants, mais aussi une course aux gadgets. En 1959, les marques du groupe Chrysler proposent des sièges avant pivotants pour permettre aux dames de sortir élégamment de leur voiture. (texte Claude Lefebvre, archives Chrysler)

Une articulation arrière, des galets roulant sur un rail bien étudié, et le poids du corps permet de faire pivoter les sièges pour faciliter l’entrée et la sortie du véhicule. L’accoudoir central une fois déplié peut servir de troisième place avant. Ces sièges sont montés d’origine sur les Plymouth Sport Fury, De Soto Adventurer et Chrysler 300 E. Ils sont optionnels sur les Dodge Custom Royal (notre document), De Soto Firedome et Fireflite, et sur tous les modèles Chrysler et Imperial.

Pour en savoir plus, retrouvez l’article de 2 pages d’archives noir & blanc paru dans Nitro 255. Reportez-vous au bulletin technique en français édité par Chrysler à l’époque, au manuel d’entretien et de réparation en anglais, et au film en noir et blanc où un technicien explique comment réparer ces sièges.

Utiles pour vos restaurations, ces liens nous ont été communiqués par Philippe Courant, co-fondateur du nouveau club d’américaines Amérisud et webmaster du site du club. Il nous précise : « Notre ami François Mendez en a dans sa Coronet 1959 (Nitro 155). C’est le fonctionnement qui est décrit dans l’article de Nitro 255 : assis, on ouvre la portière, on déverrouille le siège, et d’un élégant mouvement de hanches on « tourne » pour sortir ses jambes. Une fois sorti, il faut le remettre droit et il se verrouille automatiquement. Pour entrer, c’est bien le contraire : il faut donc déverrouiller le levier et faire pivoter le siège si on tient à s’en servir pour entrer. Car on peut très bien entrer sans faire pivoter le siège ! En 1960, suprême raffinement, le « swivel seat » devient entièrement automatique, avec des ressorts et câbles reliés à la portière, (cliquez ici pour voir le siège, et ici pour voir la page complète avec une photo de la Coronet). Ainsi, quand on ouvre ou ferme la porte, le siège se met automatiquement en position « tournée » ou « normale. » Ce n’est pas forcément un avantage, car si on ne peut pas ouvrir la porte assez grand à cause d’une autre voiture trop proche, par exemple, le siège va quand même tourner un peu, et ce sera encore plus compliqué d’entrer à l’intérieur. Il semble aussi que l’automatisme ait été très vite abandonné au début du millésime 60, mais il peut rester les câbles, ce qui en fait indique une « early 60 » (une des Imperial 60 de Franck Coulomb possède ces câbles). La légende raconte que la femme d’un des dirigeants de Chrysler aurait été « expulsée » de la voiture quand le chauffeur a trop vigoureusement ouvert la porte, et que ce serait la cause de l’abandon du système ! »

En 1959, ces sièges pivotants sont montés d’origine sur les Plymouth Sport Fury (ci-dessus), De Soto Adventurer et Chrysler 300 E. Ils sont optionnels sur les Dodge Custom Royal, De Soto Firedome et Fireflite, et sur tous les modèles Chrysler et Imperial.