La Hemicuda 70 du team Oly Express (+ vidéo)

Authentique Dodge de Nascar construite dans les ateliers Richard Petty, l’Olympia Charger coule des jours paisibles au Musée des 24 Heures en attendant Le Mans Classic 2012. Son lot de pièces de rechange (moyeux Halibrand, freins Hurst Airheart, Hemi 426 à carter sec…) ne prend pas la poussière pour autant : il équipe maintenant une Cuda 1970, agile et véloce, qui a disputé les points de corde aux Cobra et Porsche 911 sur le mythique circuit de Spa-Francorchamps lors des Masters Series 2011 ! (texte Christophe Schwartz, photos Christian Bedeï)

Christophe Schwartz, maître d’oeuvre de l’aventure Olycuda et pilote de la Hemicuda 70. La voiture a reçu les pièces de rechange de la Dodge Charger Oly Express, inutilisées jusqu’à l’édition 2012 du Mans Classic.

PADDOCK DE MONZA (ITALIE), AVRIL 2008.
L’équipe Oly Express vient de terminer sa course lors du Classic Endurance Racing. Comme en 2007, la Dodge Charger Hemi s’est bien comportée sur ce tracé à haute vitesse, où les virages Curva Grande et Parabolica se prennent à fond. Malgré son aisance dans ces passages rapides, la Charger s’est trouvée à la peine face aux BMW M1 et Porsche 935, lesquelles freinent bien plus tard et sont bien plus agiles dans les chicanes. Une fois la Charger dans le camion de Bernard, j’invite les membres de l’équipe à déguster une glace sur la terrasse de la Gelateria du paddock, et je leur pose la question : « Comment être devant les RSR et se battre pour le podium en 2009 ? » Mis à part les remarques habituelles du genre « Faut améliorer la pièce entre le volant et le siège ! », Bjorn et Thierry sont d’avis d’alléger la Dodge d’environ 200 kg. Démonter ce monument de Nascar et lui faire subir une cure d’amincissement ne m’enchante pas : « Et si nous partions d’une autre base ? »
Après avoir évalué le stock de pièces de rechange de notre Dodge et fait le tour des Mopar intéressantes, notre choix se porte logiquement sur l’Hemicuda. Plus légère et plus compacte que la Charger, avec un poids d’homologation inférieur de 180 kg, elle a sur le papier un avantage certain.

La Olycuda lors des Masters Series de Spa, fin septembre 2011. Parti en milieu de grille en 41e position, gérant sa course au mieux, Christophe Schwartz passe la ligne en 13e place au général et 2e dans sa catégorie.

SAN DIEGO (USA), JUIN 2008.
Après quelques semaines de recherches sur internet, une Cuda 70 transformée en dragster dans les années 1980 fait surface dans une annonce Ebay. Je contacte rapidement Lance Smith, un de mes amis pilotes habitant près de chez le vendeur (les relations que vous nouez dans les paddocks vous aident un jour ou l’autre…). Après inspection, Lance me confirme que la Cuda est bien trop transformée pour intéresser un collectionneur, mais qu’elle est très saine, n’ayant que très peu roulé comme tous les dragsters.

OLYMPIA (USA), JUILLET 2008.
La première étape dans la transformation d’une fusée du quart de mile (11.80 quand même) en bête de circuit, c’est l’atelier de mon ami Dick Pierson (voir articles sur le projet Olympia Charger dans Nitro 220 et 222). De par son passé de mécanicien en Nascar, Dick connaît une foule d’ingénieurs et de techniciens de la vieille école. Parmi eux, Gary Wheeler, ingénieur chez Chrysler, détaché chez Dan Gurney à l’époque des Cuda de Trans-Am…

Le moteur Hemi seconde génération a remplacé sous le capot de la Cuda le 440 d’origine de celle-ci. Ses 426 ci (7 litres) développent 605 ch grâce à une préparation aux petits oignons en Allemagne, au Moparshop.

Lisez la suite de cet article de 8 pages dans Nitro 255 de décembre 2010-janvier 2011. Suivez l’aventure du Team Oly Express et de la Cuda Olycuda sur le blog www.hemicuda-france.com. Regardez la Cuda en action ci dessous grâce à Frank Uhlig, de Motosport Video :

Image de prévisualisation YouTube

Les commentaires sont fermés.