Le dragster n°25 d’Art Chrisman

Cette voiture a commencé sa carrière comme lakester à la fin des années 30, avant d’évoluer entre les mains des frères Chrisman avec l’arrivée du drag racing. Elle est aujourd’hui restaurée dans une de ses configurations dragstrip, avec autant de souci du détail que lorsqu’elle courait. (texte Claude Lefebvre, photos Kiki D. Bois)

Chrisman dragster flathead
D’où qu’on le regarde, le drag Chrisman a une silhouette et des proportions parfaites. C’est un des premiers drags à explorer les mérites de l’empattement rallongé pour la stabilité sur le quart de mile.

En Californie, lorsqu’est né le hot rodding, les principales courses de voitures se déroulaient soit en ovale sur les circuits de terre hérités des courses de chevaux, soit en ligne droite sur les étendues plates des lacs asséchés ou sur les quarts de mile des dragstrips (ou des pâtés de maisons…). Autant les dangereux ovales s’adressaient à des pilotes expérimentés sur des machines spécialement affûtées, autant les lignes droites étaient accessibles au hot rodder de base roulant dans sa voiture de tous les jours. Mais les lacs étaient tout de même assez éloignés de L.A., et l’ouverture de dragstrips « officiels » au début des années 50 permit à de nombreux jeunes Sud-Californiens de vaporiser leur testostérone à deux pas de chez eux avec moins de danger pour leur propre vie ou celle des passants.
En plus d’être un véhicule magnifique, le « dragster Chrisman » personnifie le développement du drag racing aux dépens des courses de vitesse pure. La voiture a été fabriquée spécialement dans les années 30 pour les courses sur les lacs asséchés, puis le lakester s’est transformé en dragster au début des fifties.

Chrisman dragster flathead moteur
Le drag des frères Chrisman a connu plusieurs moteurs au cours de sa carrière. Pendant sa restauration, il a retrouvé un flathead, couronné de quatre carbus Stromberg 97 modifiés. Notez le bossage du flanc de capot, et les échappements traversant le rail de chassis.

ELEMENTS FORD
Construite au milieu des années 30 par un dénommé Harry Lewis, la voiture possède alors comme principaux composants un chassis fait de deux rails parallèles, un train avant rigide suspendu par deux ressorts semi-elliptiques longitudinaux, un pont arrière et des lames transversales de Ford A, et un moteur de Ford T équipé d’une culasse Rajo. Jack Harvey, le propriétaire suivant, monte un 4 cylindres de Ford 4 avec une conversion Cragar à soupapes en tête, et court sur les lacs en 1938-39. Son frère George installe ensuite un V8 flathead, puis Jack Lehman achète la voiture à l’aube de la guerre et signe un 199,45 kmh à Harper Lake en juin 1942. Doug Caruthers mène la voiture à 210,47 kmh en 1946 grâce à un flathead Mercury stroké. La voiture passe ensuite entre les mains de Leroy Neumayer, qui l’échange à Art Chrisman contre une moto…

Lisez la suite de cet article de 6 pages dans Nitro 254 d’octobre-novembre 2011.