Jeep Grand Cherokee SRT8 2012

2012 Jeep Grand Cherokee SRT8 1Avec la Grand Cherokee SRT8 équipée du Hemi 6,4 litres de 465 ch, Jeep inscrit à son catalogue modèle le plus puissant et le plus sportif jamais construit par la marque. (texte Max Wedge, photos Chrysler, article paru dans Nitro 253 d’août-septembre 2011)

2012 Jeep Grand Cherokee SRT8 2Tout en haut de la gamme Jeep, le Grand Cherokee offre à partir du millésime 2012 une version vitaminée, basée sur le nouveau modèle apparu en 2011, et équipée d’un V8 Hemi en version 465 ch, Avec une telle motorisation, nous sommes très loin de l’image tout terrain associée à la marque, et dont les modèles Wrangler et Liberty demeurent les meilleurs dépositaires. Ici, il s’agit d’un SUV qui marie luxe et performance. En effet, la Grand Cherokee SRT8 descend au quart de mile dans le milieu des 13, passe de 0 à 100 kmh en 4,8 secondes, et sa vitesse maxi est de 249 kmh. Un système sophistiqué Selec-Track à 5 réglages gère l’interaction entre les suspensions actives, le système de transmission Quadratrac et les différentes aides à la conduite (contrôle d’amortissement, contrôle de stabilité, contrôle de roulis, différentiels à glissement limité, désactivation des cylindres). Il permet d’obtenir les conditions de conduite les plus sûres et les plus économiques selon le mode choisi. Les équipements de sécurité et d’aide à la conduite comprennent tout ce qui est apparu récemment sur les voitures haut de gamme de grande série (radar de changement de file, radar avant, contrôle de l’accélérateur, cruise control actif, freins à détecteur de chaussée détériorée et à séchage automatique des plaquettes par temps de pluie…). Et chaque acheteur d’un véhicule de la série SRT se voit offrir par Chrysler un stage d’une journée dans une école de conduite Richard Petty.

2012 Jeep Grand Cherokee SRT8 3Le Hemi Chrysler, ici dans sa version 392 ci (6,4 litres), développe 465 ch et 64 mkg de couple, soit 5 ch de moins que lorsqu’il est installé dans la Challenger SRT8. Grâce à une admission variable et un arbre à cames modifié, 90% du couple est disponible dans une plage allant de 2800 à 6000 tours, ce qui autorise des départs et des accélérations canon. Les soupapes d’échappement variables permettent de fonctionner en mode 4 cylindres sur une plage de régimes plus large pour une meilleure économie de carburant (jusqu’à 750 km avec un plein).

2012 Jeep Grand Cherokee SRT8 4Le look « collé à la route », inhabituel sur une Jeep, est donné par un droppage des suspensions de 1 pouces, les extension d’ailes ton carrosserie, les bas de caisse, et le pare-chocs avant moulé d’une pièce, garni d’une grille en métal perforé noir mat et de prises d’air chromées. Les sobres touches de chrome autour des vitres et à l’arrière confirment la classe de l’ensemble.

2012 Jeep Grand Cherokee SRT8 52012 Jeep Grand Cherokee SRT8 62012 Jeep Grand Cherokee SRT8 7Depuis les évents de capot fonctionnels jusqu’à la jupe arrière traversée par le double échappement, en passant par les roues en alu forgé garnies de Pirelli P-Zero en P295/45ZR20 et les freins Brembo 6 et 4 pistons en 15 et 13,8 pouces de diamètre, tout sur cette Jeep hurle « performance » plutôt que « tout terrain ».

2012 Jeep Grand Cherokee SRT8 82012 Jeep Grand Cherokee SRT8 9La commande de boîte par palettes au volant est en monte standard, mais il y a toujours un shifter Autostick dans la console. Le volant est aplati dans sa partie basse pour un look plus sportif.

2012 Jeep Grand Cherokee SRT8 10Les aménagements intérieurs combinent le cuir et le daim synthétiques avec quelques touches de carbone. A moins que vous n’ayez choisi le Luxury Group qui ajoute des touches de cuir ainsi que des options de sécurité supplémentaires.

2012 Jeep Grand Cherokee SRT8 11Piste, remorquage, neige, etc, toutes les conditions de roulage sont prévues par le système électronique de réglage des suspensions qui prend en compte tous les autres systèmes de traction et d’aide à la conduite.

2012 Jeep Grand Cherokee SRT8 12Cette publicité est passé dans le magazine Motor Trend en avril 2012.

Les commentaires sont fermés.