Didier Sauvage et son roadster Ford 32

roadster-ford-32-didier-sauvage-avantConstruire un rod tel qu’un rodder français aurait pu le faire dans les années 50, avec un mélange de pièces US et locales, telle est la démarche de Didier Sauvage pour son roadster 32. (texte et photos Claude Lefebvre, photo ci-dessus Christian Bedeï).

ford 32 sauvageOn se demande ce qui serait arrivé si, au lieu de massacrer aux stock-cars les Ford et Matford de leurs parents, les jeunes Français des années 50 s’étaient laissés influencer par les GIs qui stationnaient chez nous à l’époque… Mais l’heure était à la reconstruction, il fallait faire table rase d’un passé trop pesant, et l’essence était trop chère pour la gaspiller dans des V8 goulus.
Didier Sauvage, lui, s’est posé la question. Ce Havrais cultive très tôt une passion pour la voiture française. A seize ans, il achète une Simca P60, puis plusieurs Traction. Mais au milieu des années 80, il craque sur le premier Nitro Spécial Américaines : il lui faut une ricaine fifties ! Après une transitoire Vedette, il passe à la « vraie came » avec une Olds 55, une Customline 56, un coupé Cad 56. Un pèlerinage en 1992 à la bourse d’Hershey achèverait presque de le contaminer s’il n’était allé quelques mois plus tôt au premier Nats FSRA français. Là, grâce aux visiteurs britanniques, nouvel émoi violent : il découvre les rods nostalgia façon Low Flyers.

ford 32 sauvageFRANCO-NOSTALGIQUE
C’est donc décidé, il va construire un rod, qui sera un panachage subtil entre le rodding nostalgia et sa passion de la voiture ancienne française. Mais avant cela, il faut s’occuper de la maison et des enfants. Ce n’est donc qu’en 2003 que Didier commence à accumuler les pièces destinées à devenir un rod 32. Il achète un flathead de Simca Cargo, puis une berline 32 Made in Asnières. Il songe d’abord à rouler avec la carrosserie fermée, mais l’appel du vent est plus fort. Les éléments dont il ne veut pas sont dispatchés chez des rodders et des ford 32 sauvage moteurcollectionneurs, et il s’offre une coque poly de roadster fabriquée par Philippe Delahaye. Après avoir complété son trousseau de pièces américaines et françaises, il se met à l’œuvre. Avec un passé professionnel dans la mécanique auto, rien ne l’impressionne, mais l’aide de son voisin Vincent Mandeville s’avère précieuse, car celui-ci a déjà une expérience de rodder…

Lisez dans Nitro 250 la suite de cet article de 6 pages, avec des photos de Christian Bedeï et des photos de la construction du rod.

Les commentaires sont fermés.