Ford Interceptor : un concept car viril

Pour contrer la Dodge Charger actuelle et l’Impala propulsion annoncée par Chevrolet, Ford a rallongé la plateforme de la Mustang pour y poser cette berline quatre portes Interceptor au toit surbaissé et au museau de locomotive. (texte Claude Lefebvre, photos FoMoCo)

Construite sur une plateforme de Mustang actuelle rallongée, l’Interceptor mesure 5,25 mètres de long pour un empattement de 3,06 m. Des proportions de sedan full size années 60 : elle aurait pu s’appeler Galaxie… La ligne de berline top-choppée, de rigueur actuellement sur les quatre portes de luxe, est très réussie, mais cet avant massif à barres horizontales est un greffon direct du concept-truck 2006 Super Chief, lequel était inspiré d’une locomotive des années 50. Les roues géantes de 22 pouces accentuent l’effet.

Sous le capot à ouverture électrique, le compartiment moteur immaculé accueille un V8 5 litres Cammer à deux arbres à cames par culasse surmonté d’un filtre à air Shaker protubérant. Ce moteur, qui équipe les Mustang de course FR500C, est une évolution du 4,6 litres modulaire de la Mustang GT. Prévu pour fonctionner à l’E85, il est relié à une boîte manuelle 6 rapports et développe 400 ch.

Dans l’habitacle, le thème du rectangle induit par la calandre massive est récurrent : forme de la planche de bord, du volant, des cadrans, du logement du levier de vitesses, trous-trous dans les assises des sièges… L’épaisse jante du volant s’inscrit bien dans le feeling macho de la voiture.

L’intérieur mêle virilement le cuir lisse et les touches métalliques. Les quatre sièges individuels possèdent des surpiqûres orange sur le cuir noir, des appuie-tête originaux suspendus au plafond, rétractables et réglables, des harnais quatre points à l’avant et des ceintures gonflables à l’arrière.

Les feux arrière rappellent ceux des Ford de la fin des années 60 et s’inscrivent dans le thème rectangulaire décliné sur l’auto. Ils sont traversés partiellement par la bande de leds des clignotants.

Les lignes de l’arrière sont moins massives que celles de l’avant grâce à l’inclinaison de la lunette et du panneau arrière. L’ensemble donne une impression de robustesse et de puissance contenue, accentuée par la couleur bleu marine. Le pont arrière rigide de la Mustang a été remplacé par une suspension indépendante multibras davantage en rapport avec la vocation de berline perfo de l’Interceptor.

Les commentaires sont fermés.