Cadillac commémore la Panaméricaine 1954

nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-ACadillac a construit une réplique du Coupé de Ville Series 62 ayant participé en 1954 à la Carrera Panamericana aux mains d’Andrew et Plemons, deux compétiteurs indépendants. (Texte Max Wedge, photos GM)

nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-1
Dans cette photo de 1954, le pilote Keith Andrews et le co-pilote Blu Plemons posent devant la Cadillac avec laquelle ils vont courir la Carrera Panamericana. Ils sont devant le quartier général de Cadillac, Clark Street, à Detroit (Michigan).

Il y a 52 ans, Keith Andrews et Bluford « Blu » Plemons prennent part à la 5e et ultime Carrera Panamericana avec leur coupé Cadillac Series 62 équipé d’un 331 ci de 270 ch préparé par Wilson McClure. Plemons se rappelle avec plaisir cette aventure vécue par « cinq gars ordinaires venus du Colorado. » Au volant de cette voiture prêtée par un marchand de voitures indépendant du nom de Barry Motor Sales (à Colorado Springs), Andew et Plemons et trois de leurs amis ont en face d’eux un team d’usine qui arrive sur place avec 28 mécaniciens, un docteur, un cuisinier, un chargé de relations publiques, quatre voitures et leurs pilotes, sans compter deux photographes.
Malgré des moyens bien moins importants, Andrew et Plemons passent très près de la victoire. Avec Andrews au volant et Plemons comme co-pilote, ils couvrent les 3068 km du parcours en moins de 21 heures, avec une vitesse moyenne de 185 kmh sur les derniers 600 km de la course, avec des pointes à près de 225 kmh.
Ils battent à plate couture les Cadillac d’usine dans les deux dernières manches de la course mexicaine, finissant troisièmes de leur classe derrière deux Lincoln préparées par Bill Stroppe. Le vainqueur au classement général est Umberto Maglioli sur Ferrari avec un temps de 17 h 40 mn 26 s. Classés 11e au général, Andrew et Plemons empochent une prime de 4000 dollars, et conduisent la voiture jusqu’à Detroit pour la présenter aux pontes de la GM. La Cad est ensuite vendue comme voiture d’occasion par Barry Motor Sales, et on perd sa trace.

nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-BEn cette année 2006, à Warren (Michigan), on a pu voir à la division Performance de la GM une Cadillac 54 « Panam » de couleurs identiques à celle d’Andrew et Plemons. Il s’agit d’une recréation réalisée à partir d’une voiture retrouvée dans les stocks de véhicules historiques de la GM. Elle avait été conservée pour représenter les fifties en commémoration de l’ouverture des installations en 1924.

nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-CLa Cad a été restaurée, et a reçu un V8 de 398 ci et 375 ch alimenté par deux carbus 4 corps. « Nous avons fait des modifications pour améliorer la sécurité de la voiture et de ses occupants, tout en restant le plus proches possible de l’esprit d’origine, déclare Al Oppenheiser, directeur de l’ingénierie des concept cars à la Performance Division. Nous avons tout réalisé en interne en utilisant notre propre garage, l’atelier des finitions de pré-production, et l’équipe de peinture des show cars. Le tableau de bord, par exemple, était en très bon état, mais il a fallu refaire les sièges et toutes les garnitures. »

nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-DLe principal projet, pour cette voiture, est de la présenter au départ de la Carrera Panamericana historique à l’automne prochain, en présence de Blu Piemons. Andrew, malheureusement, s’est tué en 1957 lors des essais des 500 Miles d’Indianapolis. La Cadillac sera également présente au Hot Rod Dream Tour, au Concours d’élégance d’Amelia Island, et à la Woodward Dream Cruise.

nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-2
Un des hangars de la Performance Division de la GM abritait un coupé Cadillac Série 62 similaire à celui utilisé par les privés Andrews et Piemons à la Panam 1954. Sortie de la naphtaline et affectée à un nouveau rôle, la voiture a été entièrement reconditionnée pour commémorer la course de 1954. Ici, elle est en cours de démontage partiel.
nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-3.jpg
Les vitres sont protégées par du papier kraft avant le décapage de la peinture de la carrosserie par sablage
nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-4.jpg
La caisse mise à nu va rentrer à l’atelier de carrosserie pour la préparation à la mise en peinture.
nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-5.jpg
Les peintres de la General Motors réparent les points de rouille, poncent la tôle nue et l’apprêtent.
nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-6.jpg
La voiture est ensuite repeinte dans sa livrée noir et blanc d’origine, qui se trouve être la même que celle de la voiture de la Carrera 1954.
nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-7.jpg
Le team des peintres de la GM polit et lustre la peinture.
nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-8.jpg
La caisse repeinte en attente de remontage dans le garage de la GM Performance Division, à Warren (Michigan).
nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-9.jpg
L’équipe du garage de la GM Performance Division en train de remonter les éléments de la Cadillac.
nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-10
Un V8 de 398 ci (6,5 litres) à deux carbus quatre corps, développant 375 ch, a remplacé le 331 (5,4 litres) d’époque de 270 ch, équipé d’un seul carbu. La transmission est une boîte auto moderne.
nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-11.jpg
Corey Hansen, un technicien du garage de GM Perfomance, procède aux délicats ajustages du capot et des ailes avant.
nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-12.jpg
Un arceau de sécurité quatre points est soudé dans l’habitacle de la voiture. Jim Ostrand effectue des retouches de peinture sur l’arceau.
nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-13.jpg
La banquette d’origine est reconditionnée, avec un rembourrage neuf et une coiffe blanche et noire conforme à l’origine.
nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-14.jpg
L’accastillage d’origine est très difficile à retrouver en neuf. Les pièces d’époque ont donc été soigneusement reconditionnées et réinstallées, mais il a tout de même fallu aller acheter en Californie une voiture identique pour obtenir certains éléments de quincaillerie manquants.
nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-15.jpg
La calandre a nécessité énormément de temps : il a fallu démonter toutes les pièces, les remettre en état une par une, les rechromer et les réassembler. C’est impressionnant de réaliser que ces véritables oeuvres d’art étaient produites en très grande série.
nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-16.jpg
Des lettrages autocollants reproduisent fidèlement les inscriptions peintes à la main sur la voiture de la Carrera 1954.
nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-17.jpg
Des pièces d’époque telles que le volant d’origine sont remises en état et remontées juste avant que la Cadillac prenne la route.
nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-18.jpg
La suspension avant a été modifiée pour recevoir des freins à disques et une barre anti-roulis : la voiture se conduit et freine maintenant mieux qu’à l’origine. On remarque le carter de la boîte automatique moderne à gestion électronique.
nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-19.jp
Une double ligne d’échappement perfo complète a été fabriquée. Le système de freinage a été entièrement révisé. Le maître-cylindre est protégé par le carénage en aluminium visible à gauche.
nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-20.jpg
Le pont arrière d’origine est totalement à même d’encaisser les 375 ch du 6,5 litres. Il a donc été conservé mais a reçu des ressorts à lames et des amortisseurs neufs, ainsi qu’une barre anti-roulis dont on aperçoit ici les fixations sur les trompettes.
nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-21.jpg
La voiture a l’air finie, mais il reste de nombreux réglages à effectuer, car elle va parcourir les 3200 km du Hot Rod Power Tour 2006 en guise de baptême, avant d’être présentée au départ de la Carrera Panamericana historique.
nitro-nitromag-cadillac-carrera-panam-1954-22.jpg
Blu Plemons est invité à découvrir la recréation de la Cadillac dans laquelle, en 1954, il a parcouru 3000 km sur les dangereuses routes de la Carrera.

Tous les deux mois, retrouvez dans Nitro le meilleur de l’américaine, du rod et du custom