L’Italia, une Hudson construite à Milan (Nitro 263)

hudson-italia-1955-01-avantConstruite à 25 exemplaires par la Carrozzeria Touring, l’élégante Italia 1955 marque la tentative de Hudson de pénétrer le marché américain de la voiture sportive. Découvrez dans Nitro 263 (en kiosque le 22 mars) un article de 8 pages avec un texte de Daniel « Zoot » Dimov et des photos de Theo Civitello (copyright RM Auctions) sur la onzième Italia sortie des ateliers de Milan. Et ci-dessous, quelques photos et vidéos d’époque.

hudson-italia-1955-02-arrièreCette pièce rarissime a été vendue aux enchères pour la somme de 265.000 dollars par RM Auctions lors de la session de Monterey des 17 et 18 août 2012. Les Italia sont basées sur des Hudson Jet de série expédiées à Milan depuis les Etats-Unis : les ouvriers de Touring découpent les caisses monocoques au chalumeau pour les réduire à l’état de plateformes, sur lesquelles ils construisent les Italia à la main à partir de feuilles d’aluminium. (photo Theo Civitello, copyright RM Auctions )

hudson-italia-1955-03-moteurLe 6 en ligne à soupapes latérales de 3,3 litres de la Hudson Jet est équipé d’une admission à deux carbus Twin H-Power. Il développe 115 ch. Concurrentes de l’Italia, la Corvette et la Nash-Healey abattent le 0 à 96 km/h en 11 et 10 s et plafonnent à 171 et 169 km/h, alors que le coupé Hudson se traîne à 145 km/h et n’atteint les 96 km/h qu’en 14,5 s. L’absence d’un V8 sous le capot de l’Italia se fait cruellement sentir. (photo Theo Civitello, copyright RM Auctions)

hudson-italia-1955-04-protoEd Barit (à gauche), le PDG d’Hudson, avec le prototype de l’Italia. Celui-ci diffère des modèles ultérieurs par de nombreux détails, comme la grille de calandre en métal perforé (au lieu de métal coulé par la suite), les lettres « Hudson » du capot très rapprochées (plus écartées par la suite, avec une typographie différente). L’emplacement du logo sur l’aile avant, entre le clignotant et la naissance de la baguette latérale, diffère selon les voitures.

hudson-italia-1955-05-plongéeSur cette photo en plongée du prototype, on voit nettement la façon dont l’ouverture des portières empiète sur le toit afin de faciliter l’entrée des passagers dans l’habitacle.

hudson-italia-1955-06-intérieurLes dossiers des sièges sont une des premières manifestations de l’ergonomie dans l’automobile. Ils sont divisés en deux parties, avec des retours latéraux pour un meilleur maintien, et trois densités différentes de mousse selon les endroits du corps qu’ils doivent soutenir. Les ceintures de sécurité sont d’origine : le designer Frank Spring était aussi un pilote d’avion.

hudson-italia-1955-07-plageLe proto est utilisé de façon promotionnelle, pour des photos de presse comme ici, ou exposé dans des salons en Europe et aux Etats-Unis. Mais la firme, trop occupée par ses difficultés financières et sa fusion imminente avec Nash, fera tout pour torpiller les ventes de l’Italia, dont elle n’a déjà plus besoin. C’est pourquoi seules 26 voitures seront construites.

hudson-italia-1955-08-salonUn des modèles de production, exposé le 2 mars 1954 au Salon de Turin. Les roues à rayons fabriquées par Borrani sont fixées par écrou papillon central sur des moyeux à cannelures. On note la présence à ce salon d’autres constructeurs américains indépendants.

hudson-italia-1955-09-arrièreVu la taille du stand qui accueille cette Italia, on imagine une exposition publicitaire dans un hôtel de luxe ou une présentation dans un salon automobile de moindre calibre. Cette vue met bien en valeur l’importance de la surface vitrée et la minceur des montants, la découpe particulière des hauts de portières empiétant sur le toit, l’échancrure d’où partent les curieuses tuyères arrière qui abritent les feux (et non l’échappement), et la nervure négative du couvercle de coffre (que l’on retrouvera en 1959 sur la gamme Chevrolet).

hudson-italia-1955-12-salon personnages

Dans un salon automobile non identifié, de riches clients potentiels admirent une Italia sur le stand Hudson (source : Classic Driver).

hudson-italia-1955-11-alignee

Une alignée de six Italia prêtes à être expédiées aux Etats-Unis (source : Jalopy Journal).

hudson-italia-1955-10-sedan

Frank Spring, le designer de l’Italia, a aussi planché sur une Italia en version berline 4 portes, fabriquée chez Touring à un seul exemplaire. Cette X-161, elle aussi à carrosserie alu, était équipée du gros 6 cylindres Twin H-Power de la Hornet, d’une boîte auto GM Hydra-Matic et d’un pont long. On pense qu’elle pouvait atteindre les 175 kmh. Mais la décision de lui conserver un 6 en ligne à soupapes latérales au moment où tous les constructeurs passaient au V8 culbuté aurait été un handicap énorme pour la voiture. Ce prototype existe toujours. Il a été restauré à grand peine par un collectionneur membre du club Hudson-Essex-Terraplane avant de passer entre les mains de plusieurs autres personnes de ce club.

Et maintenant, quelques vidéos…
Réalisé à l’occasion d’un salon automobile, le seul film d’époque connu d’une Hudson Italia. 21 secondes seulement !

Image de prévisualisation YouTube

Plus proche de nous, Chuck Derer, dans sa série Youtube « Rides with Chuck », nous emmène pour un essai routier d’une Italia qui a appartenu au pianiste Liberace. Au décès de celui-ci, la voiture est passée dans la collection Harrah’s puis chez le collectionneur de concept cars Joe Bortz, qui l’a vendue à Paul Burt, le collectionneur qui nous la présente dans cette vidéo. Toutes les Italia sortaient de chez Touring peintes de couleur crème avec un intérieur rouge, comme celle de l’article de Nitro 263. Mais Liberace, qui faisait customiser toutes ses voitures, a fait repeindre la sienne en gris métallisé, remplacer les flancs blancs par des pneus noirs, et teindre la sellerie en noir. Ces modifs donnent un cachet particulier à la voiture.

Image de prévisualisation YouTube

Dennis Gage, l’homme aux moustaches en guidon de vélo de l’émission My Classic Car, présente deux voitures hors du commun : la Timbs Special, sorte de blob sur chassis Buick, et une des 26 Hudson Italia. Ce n’est qu’une bande annonce de 2 minutes, mais vous pouvez voir rouler les deux bestioles pendant quelques secondes.

Image de prévisualisation YouTube

Les commentaires sont fermés.